Un joli succès pour l’expo

Les exposants ont bien travaillé tout au long de l’année pour nous permettre d’admirer leurs travaux. De bien jolies choses qui mériteraient beaucoup de photos, j’ai choisi quelques objets pour vous donner un aperçu du travail effectué par chaque participant.

Je vous présente en dernier plan notre personnage hybride « Talloulah » tout droit sorti du plus profond de nos imaginations… Chacun d’entre nous a apporté sa petite contribution pour donner vie à notre personnage, pour ma part, j’ai pris plaisir à travailler une main..

Publicités

Hâte d’être à mercredi

J ai hâte d’être à mercredi afin de reprendre non pas le chemin des écoliers, ni celui de l’école buissonnière, mais tout simplement le chemin de l’atelier de sculpture. J’ai encore beaucoup de travail à peaufiner avant de laisser mon buste de femme sécher pour l’envoyer à la cuisson.

Je dois revoir la formation de la chevelure qui ne me satisfait pas du tout, finir les traits du visage et déterminer le regard…

Lors du dernier cours, j ai travaillé, non sans mal , l’oreille et son positionnement exact par rapport aux yeux et à la bouche. Sculpter l’oreille semble tout simple mais j’avoue que ce n’est pas une mince affaire que de la reproduire ou tenter de la reproduire le plus fidèlement possible.

Evider une sculpture

Lorsque le travail est déjà bien avancé et avant que la terre ne soit trop compacte, il est important de vider chaque pièce travaillée.

Pourquoi cette opération? simplement parce que lorsque l’on travaille la terre, on emprisonne des petites bulles d’air et que lors de la cuisson, ces petites bulles se dilatent et vous risquez de vous retrouver avec une pièce explosée, au mieux avec des fissures dans votre travail…

Avec un fil à couper, j’ai ouvert le crâne au niveau de la chevelure (ceci pour ensuite cacher plus facilement la coupure). J’ai laissé environ 2 cm tout autour du trou et enlevé, à l’aide de mirettes, la terre en prenant soin de laisser une paroi régulière. Pour vérifier cela, j’utilise aussi bien mes doigts qu’un compas courbe. En effet si je laisse  des épaisseurs trop différentes, le séchage ne sera pas uniforme et il y aura risque de fissures.

J’ai vidé également en passant par le bas du socle et percé délicatement entre le coup et la tête. Il faut veiller à ne pas oublier cette étape, car sinon la bulle d’air énorme emprisonnée dans la tête nous expose à une belle explosion à la cuisson.

 

Afin d’enlever tout risque de reste de petites bulles cachées, j’ai percé en prenant garde de ne pas traverser le visage, d’une multitude de petits trous, puis à l’aide d’une fourchette (tout est utile en poterie…!!) j’ai hachuré les 2 parties et déposé généreusement de la barbotine. Il est temps de refermer le visage délicatement selon les marques faites lors de la trépanation et en enlevant la tige métallique qui a évité à ma statue l’affaissement.

Je dépose un colombin tout au long de la ligne découpée afin de bien souder la séparation. Je le cacherai aisément dans la chevelure.

Le travail avance et j’ai hâte à chaque étape d’entamer la prochaine…

 

Aperçu du travail en cours

J’avance petit à petit dans la confection de ma nouvelle sculpture, j’ai façonné les détails du visage, posé un début de nez, de bouche et les paupières. Il faudra peaufiner le travail et affiner les traits.

J’ai commencé à poser ce qui sera la chevelure avec des petits morceaux de terre que j’appose selon le sens que je veux donner à la coiffure et que je modèle avec un ébauchoir.

L’ouvrage n’étant pas évidé, l’objet est super lourd et risque de s’affaisser,  donc pour obtenir un meilleur maintien, j’ai transpercé dans toute la hauteur avec une tige de métal positionné sur un socle en bois. Je peux ainsi travailler ma statue sans trop de risque.

 

Buste féminin

C’est reparti pour une nouvelle sculpture!

Cette fois, ce sera un buste plus grand que mes  petites figurines précédentes.

J’ai commencé par posé un bloc pour le haut des épaules, que je façonnerai plus tard.

J’ai remarqué lors des « essais » de statues que j’ai pu faire seule par le passé, que je ne voyais pas correctement le positionnement  des différentes parties du visage. J’avais tendance à voir le cou perpendiculaire par rapport aux épaules et le visage plus ou moins arrondi, posé tel quel sur le cou. Au final, cela donnait un air un peu coincé et peu naturel à mes personnages.

Avec l’aide de ma prof et d’un petit croquis, j’ai pu facilement visualiser la posture à donner aux différentes parties de mon travail.16118376_10210119494758462_688339993_n

La mise en place du cou effectué, j’ai placé ce qui sera le visage après beaucoup de travail et de patience

 

On peut déjà voir une ébauche de ce que sera finalement ma statuette lorsque je l’aurai terminée.

img_3171

 

Mais ça, c’est une autre histoire….

Acrylique, pigments et patine

Le cours précédent a été essentiellement consacré à la mise en couleurs de mes 2 statuettes.

Pour celle ci, j’ai utilisé de la peinture acrylique noire et une légère touche de peinture bleue diluées dans un peu d’eau, le mélange a été passé sur toute la surface de l’objet à l’aide d’un pinceau brosse large.

J’ai ensuite estompé la couleur obtenue avec de la cire blanche afin d’obtenir un rendu bronze.

img_3127

Pour cette deuxième, je suis partie sur un mélange d’eau et de pigments marron et blanc. J’ai voulu garder par ce choix de coloris, l’aspect zen de ma statue. J’ai recouvert les cheveux de plusieurs passages successifs du mélange afin de contraster un peu le résultat et d’obtenir une chevelure plus foncée que le reste. Je dois encore travailler sur le rendu car je ne suis pas totalement satisfaite du résultat.

Je passerai ensuite une cire plus colorée pour assombrir un peu la figurine.

img_3125